Parachutistes SAS

Indochine & d'Afn

 

La bataille de Dien Bien Phu

Capitaine JEANPIERRE

 

JEANPIERRE Pierre Paul
Pierre Paul Jeanpierre naît le 14 mars 1912 à Belfort.

Le 42e Régiment d'Infanterie tient garnison au quartier Hatry où son père est capitaine. Il sera tué au front en 1916. En 1930, dès l'âge de dix-huit ans, Pierre Paul Jeanpierre s'engage au 131e R.I. en qualité de simple soldat. Quelques années plus tard, il est admis à l'Ecole de Saint-Maixant dont il sort brillamment en 1936, avec le grade de sous-lieutenant. Le jeune officier choisit aussitôt la Légion Etrangère en Afrique Française du Nord.

La deuxième guerre mondiale éclate. Le lieutenant Jeanpierre combat en Syrie où il se distingue au sein du 6e R.E.I.. De retour en France, il se porte volontaire pour combattre dans les rangs de la Résistance sous le nom de Jardin, mais il sera arrêté et déporté en Autriche au camp de Mauthausen, avant d'être libéré en 1945. En 1946, après avoir réintégré les rangs de la Légion, il crée le 1er Bataillon Etranger de Parachutistes. Celui-ci, après avoir sauté sur That Khé se sacrifiera sur la tristement célèbre Route Coloniale N°4. Jeanpierre est l'un des 24 survivants sur l'effectif de près d'un millier d'hommes engagé dans cette action...

 

 

Service simple et pro

Créer un site Internet gratuit

Commandant Marcel BIGEARD

Au milieu de l'année 1945, le capitaine Bigeard reçoit le commandement de la 6e compagnie du 23e RIC à Villingen en Allemagne; désigné pour le corps expéditionnaire en Indochine, le régiment débarque à Saigon le 25 octobre 1945 et participe jusqu'en mars 1946 à la pacification de la Cochinchine.

Le 1er juillet 1946, Bigeard quitte le 23e RIC et forme à Thuan Chau, au sud-est de Dien Bien Phu, une unité constituée de 4 commandos de 25 volontaires chacun au sein du bataillon autonome thaï du Lt-colonel Quilichini

le 1er février 1948 au 3e BCCP du commandant Ayrolles à Saint Brieuc et prend le commandement du groupement de commandos parachutistes n° 2. Quand le 3e para débarque à Saigon en novembre 1948, Bigeard, qui ne s'entend pas avec son supérieur, parvient à faire détacher son groupement au détachement amarante du commandant Romain-Desfossé à Haiphong.

Le 1er octobre 1949, Bigeard met sur pied à Son La le 3e bataillon thaï fort de 2 530 hommes répartis en 5 compagnies régulières et 9 compagnies de gardes civils et de supplétifs militaires. Relevé de son commandement suite à un différend avec l'administrateur de la province, il est muté à Haïduong et prend le 5 avril 1950 la tête du bataillon de marche indochinois qui reçoit, en août, le drapeau du 1er régiment de tirailleurs tonkinois décoré d'une croix de guerre avec palme. Le 12 novembre 1950, Bigeard embarque à Saigon sur le paquebot La Marseillaise et quitte une nouvelle fois l'Indochine.

Au printemps 1951, il est affecté à Vannes à la demi brigade coloniale du colonel Gilles et se voit confier le bataillon de passage. En septembre 1951, il obtient le commandement du 6e BPC à Saint Brieuc et le grade de chef de bataillon en janvier 1952 .

Le 28 juillet 1952, Bigeard, à la tête du 6e BPC, débarque à Haiphong pour son troisième séjour en Indochine et prend ses quartiers à Hanoi. Le 16 octobre, le bataillon est largué sur Tu Lê  et affronte durant 8 jours les régiments des divisions Viet Minh 308 et 312. L'unité se distingue à nouveau lors de la bataille de Na San (parachutage dans la cuvette de Ban Som le 27 décembre 1952), lors de l'opération Hirondelle sur Lang Son le 17 juillet 1953 et lors de l'opération Castor sur Dien Bien Phu le 20 novembre 1953.

Le 31 décembre 1953, il prend le commandement du GAP n° 4, constitué du du II/1er RCP et du 6e BPC, et intervient au moyen Laos entre Thakhek et Savannakhet où deux divisions Viet Minh se dirigent.

Parachuté en pleine bataille sur Dien Bien Phu le 16 mars 1954, Bigeard est nommé lieutenant-colonel lors des combats et devient l'un des héros de la cuvette en combattant avec son bataillon sur les points d'appuis Eliane 1 et 2, mais surtout en co-dirigeant les troupes d'intervention du camp retranché avec le colonel Langlais.

Bigeard est fait prisonnier le 7 mai 1954 lors de la chute du camp. Libéré quatre mois plus tard il quitte définitivement l'Indochine le 25 septembre.