Les SAS

De 1941 à 1945

Parachutistes SAS

Indochine & d'Afn

 

Déodat du Puy-Montbrun

naît à Toulouse, le 18 février 1920.

 Il s'engage dans l'armée à dix-huit ans et deux ans plus tard, il est de ceux qui combattent les panzers allemands et les chasseurs-bombardiers Stuka déferlant sur la France.

 A l'issue de sa formation de commando "Jedburgh" à Ringway, il est parachuté en France en 1944, où il participe à des missions secrètes, puis, à la libération du territoire national.

 En 1945, il est admis dans les services secrets français, au service "Action". Il est ensuite affecté au 11e Choc et se porte volontaire pour l'Indochine, où il arrive en 1950 pour un séjour presque ininterrompu de cinq années.

 Affecté au 8e bataillon colonial de commandos parachutistes, devenu aide de camp du général de Lattre de Tassigny, le capitaine Du Puy-Montbrun s'arrange pour participer dans le cadre des GCMA et avec ses partisans Hmong à une vingtaine d'opérations de contre-guérilla sur les arrières des maquis vietminh: sabotages, destructions, captures de prisonniers, mise en place d'espions.

 En novembre 1952, il est appelé à participer avec les SAS britanniques, à une opération en jungle de Malaisie où il est parachuté avec ses camarades, en pleine forêt, sur la cîme d'arbres de plus de cinquante mètres de hauteur. 

 En 1955, Déodat du Puy-Montbrun est en Algérie, où il se montre un ardent pionnier de l'emploi des hélicoptères pour mener à bien les actions de commandos contre les groupes rebelles. Chef d'escadrons en 1956,il devient le patron des formations d’hélicoptères opérationnels du groupe n°2 qui est chargé de missions de transports opérationnels et évacuations sanitaires.Il accomplit ainsi 3.000 heures de vol. Le 29 avril 1958, après avoir été largué avec son commando à proximité d'une forte unité rebelle, il est grièvement blessé.

Jean Paris de Bollardière

né le 16 décembre 1907 à Châteaubriant en Loire-Atlantique et mort le 22 février 1986 au Vieux-Talhouët, Guidel dans le Morbihan, était un officier général de l’armée française, combattant de la Seconde Guerre mondiale, de la guerre d'Indochine et de la guerre d'Algérie. C'est également une des figures de la non-violence en France.

 

En octobre 1943, il rejoint le BCRA. Parachuté à Mourmelon le 12 avril 1944, il commande la mission « Citronnelle », qui doit organiser le maquis des Manises dans les Ardennes. Mal armés, mal organisés, mal préparés, 106 maquisards isolés dans les bois et sans secours y seront massacrés par l'occupant. Rentré de mission le 20 septembre, il prend le commandement du 3e RCP/3rd SAS de la brigade SAS[1], avec lequel il saute sur la Hollande le 7 avril 1945.

Jacques de Bollardière est l'un des Français les plus décorés de la Seconde Guerre mondiale: grand officier de la Légion d'honneur, compagnon de la Libération, deux fois décoré du DSO (Distinguished Service Order), etc.

Il est promu lieutenant-colonel à la fin de la guerre et prend le commandement des deux escadrons SAS français (2e et 3e RCP), fondus dans le 1er RPIMa en février 1946. Débarqué à Saïgon avec le corps expéditionnaire français en Extrême-Orient un mois après, il rentre en France en 1948 puis commande les troupes aéroportées en Indochine de 1950 à 1953.

Colonel Georges Bergé

 né Georges Roger Pierre Bergé le 3 janvier 1909 à Belmont dans le Gers en France, et mort le 15 septembre 1997, à Mimizan dans les Landes en France, est un militaire français, général de brigade. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il s'engagea dans les Forces françaises libres, où il prit le commandement de la première unité parachutiste. Il conduisit la première mission aéroportée en France occupée, l'opération SAVANNA. Il organisa la formation des agents envoyés en France. Il combattit en Syrie et en Crète. Il fut pris par les Allemands et emprisonné à la forteresse de Colditz

.

Après la guerre

Le lieutenant-colonel Bergé est successivement affecté à l'Inspection parachutiste, au cabinet militaire du Gouvernement provisoire de la République, à l'État-major général de la Défense nationale et enfin à la Représentation militaire à l'Ambassade de France de Rome.

août 1951-juillet 1953. Il commande le 14e Régiment d'infanterie parachutiste de Choc (RIPC) à Toulouse.

1953-1957. Le colonel Bergé est, avec une interruption de 7 mois en 1954 due à un stage à l'École supérieure de Guerre espagnole, l'adjoint du général commandant les Troupes aéroportées (opération Suez 1956).

1957-1959. Il est adjoint au général commandant l'ALAT.

1960. Il reçoit le commandement du secteur de Corneille dans le Sud-Constantinois.

1961. En juillet, il est nommé général de brigade.

Service facile et gratuit

Créer un site facilement

Le Royaume de France